Content marketing : comment attirer l’attention d’un poisson rouge

Content marketing : comment attirer l’attention d’un poisson rouge

On le sait, le contenu aujourd’hui est ROI. Surtout lorsque l’attention ne dépasse pas 9 secondes. Alors comment maximiser son impact ? J’ai quelques réponses.

Le constat pourrait être alarmant. Le monde tourne, d’accord, mais aujourd’hui il tourne plutôt dans un bocal. Celui du poisson rouge. C’est ce que nous dit Bruno Patino dans son livre « La civilisation du poisson rouge« .

9 secondes ou la durée d’attention du poisson rouge

En effet, la durée d’attention et de concentration de l’humain rivalise aujourd’hui avec celle du poisson rouge. Alors, que fait-on pour sortir justement notre contenu du bocal ?

Qu’on le veuille ou non, que l’on critique ou non la société digitale qui nous a amené à cette efficacité d’attention sous-marine, ce constat a un impact sur l’optimisation de nos messages. Donc de nos contenus. Et donc de notre marketing de contenu.

Le marketing de contenu ou comment mieux émerger

Je vais essayer ici de vous faire durer plus de 9 secondes.

En matière de marketing de contenu, la question est désormais cruciale. Si l’on veut focaliser l’attention, il faut utiliser des stratégies de plus en plus fines, un peu comme le ciblage au laser.

On doit donc tout passer au tamis en gardant à l’esprit les fondamentaux : qui, quoi, comment, pourquoi.

Première étape : sachez à qui vous vous adressez

Définir sa cible est essentiel pour lui parler efficacement. Pour cela j’utilise la technique du persona. J’invente un persona crédible, qui soit le plus complet possible. Habitudes, âge, sexe, CSP, revenu, vie professionnelle, style de vie, de consommation, de lecture, d’utilisation des réseaux sociaux, etc, il faut passer chaque critère à la loupe, comme dans une enquête policière.

hercule poirot le plus grand détective du monde

En fin limier, vous devriez en sortir un portrait robot de celui ou celle que vous voulez toucher. Et lui parler le plus efficacement possible.

Deuxième étape : sachez quel est votre objectif

Maintenant que vous savez à peu près à qui vous voulez parler, il est temps de définir votre objectif. Votre but ultime.

Cette étape est cruciale, car si vous la manquez, vous pouvez partir dans toutes les directions. C’est pas bon du tout, ça. Vous allez perdre votre temps et votre énergie, Et surtout vous vous découragerez.

C’est pourquoi votre objectif ultime doit vous animer, c’est votre graal. Peut-être qu’il s’accompagne de sous objectifs, mais ne perdez surtout pas de vue cet objectif principal. Il rendra tous vos autres objectifs secondaires et c’est tant mieux. Ils en découleront tout naturellement.

Troisième étape : sachez définir votre stratégie

Une fois que votre objectif ultime est fixé, c’est le moment de passer par la case stratégie. Définir une stratégie est en effet plus facile une fois que vous maîtrisez votre objectif et votre cible.

Vous allez définir les moyens stratégiques employés pour réussir : canal ? média ? réseau ? géographie ? localisation ? Temporalité ? Tous les points de contact avec votre persona. Pensez encore : où, quand, comment, pourquoi.

Votre stratégie doit aussi pouvoir définir les questions et besoins qui préoccupent vos persona. Et donc c’est à ces questions et besoins que votre stratégie permettra de répondre, le tout, pour toucher votre objectif ultime. Ces éléments formeront des opportunités éditoriales en termes de futurs contenus.

Par la même occasion, vous allez aussi définir les critères qui vous permettront de vérifier et de mesurer votre progression dans votre objectif.

Là, les critères ne manquent pas. Quantitatifs. Qualitatifs. Oui, les fameux KPI. Ils ne sont pas innocents, ni faits pour vous embêter. Ils serviront à adapter votre stratégie, à la piloter.

Quatrième étape : sachez hiérarchiser et planifier vos contenus

Comme sous-entendu plus haut, vous allez devoir mettre en place un calendrier de thématiques et de contenus à publier. Cela vous donnera une vision d’ensemble et vous permettra surtout de hiérarchiser vos thématiques, en définissant des priorités éditoriales.

Cela peut paraître simple, mais plus vous préparez les choses en amont plus vous gagnerez en sérénité. Et qui dit sérénité, dit efficacité.

Cinquième étape : sachez créer des contenus efficaces

Vous allez certainement penser que vous devez écrire pour Google. J’aurais tendance à dire oui, bien sûr. Mais j’aurais surtout tendance à vous dire deux choses :

  • Ecrivez pour vous faire plaisir
  • Ecrivez pour rendre service

Bien sûr que vous devez optimiser votre contenu pour être référencé sur les moteurs de recherche.

Mais Google, c’est de la logique. Et vous serez d’accord avec lui au final, vous verrez, car vous aurez :

  • les mots clés primordiaux que vous aurez sélectionnés, faites confiance à votre instinct, à votre connaissance de vos persona, et appuyez-vous aussi sur les outils Google ou autres pour vous conforter dans vos choix,
  • un contenu suffisamment long pour bien remonter (estimez 1300 mots minimum),
  • une structure HTML compatible avec Google pour muscler votre SEO (balises, textes alternatifs, noms de fichiers),
  • un contenu lisible esthétiquement parlant (intertitres, puces, visuels, aéré, agréable à lire et varié),
  • un contenu qui donne envie de lire avec des titres originaux et efficaces pour répondre aux problématiques de vos persona.

Sixième étape : sachez créer des contenus engageants

Avec cette étape vous allez devoir dompter Internet mais surtout les réseaux sociaux. Car ils sont incontournable car, au delà du partage, vous devrez les rendre engageants.

Rappelez-vous en effet toujours pourquoi vous rédigez. En pensant « gratification », et en les rédigeant à cette fin, vous donnerez de la valeur et du sens à vos contenus.

les reseaux sociaux source de gratification

Eh oui, les réseaux sociaux agissent aujourd’hui comme une drogue, les algorithmes sont créés pour nous rendre de plus en plus dépendants, Cela fonctionne à coup de récompenses et de petites gratifications au quotidien. C’est ce phénomène qu’il faut savoir apprivoiser et tourner à votre avantage.

Le contenu que vous allez créer devra donner envie, fournir quelque chose, ce petit plus qui fera la différence. Quel plus me direz-vous ?

J’ai envie de vous répondre « du plaisir », encore !

Oui, ce petit millième de seconde de plaisir, de satisfaction et de sourire et voilà, c’est presque gagné.

Tous aussi cartésiens que nous sommes, nous n’échappons pas à la quête du like ou du commentaire qui nous fait plaisir.

C’est cela qui génère :

  • de la lecture, donc de l’émergence sur les moteurs de recherche,
  • de l’engagement, donc du partage et de l’interaction parce qu’il répond à une question que vous vous posiez.

D’où ce que je vous disais plus haut. Sachez générer :

  • du service,
  • de l’idée,
  • du plus,
  • du sourire,
  • du rire,
  • de l’envie.

Mais surtout, restez fidèle à vous-même, à vos valeurs. Vous les connaissez au moins vos valeurs. Alors appuyez-vous dessus, créez-vous une bible, une charte sur laquelle vous indiquerez les guidelines de vos contenus parfaits.

Et quel est votre contenu idéal ?

J’aurai tendance à vous répondre que c’est le contenu qui vous correspond et qui correspond à votre cible :

  • faciliter et simplifier la vie,
  • faire gagner du temps.

Dans le respect des objectifs que vous vous serez fixés.

Septième étape : sachez créer le contenu adéquate

Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, vous vous souvenez ? Eh oui, on n’y échappe pas. Et surtout avec les réseaux sociaux.

On en revient à définir la fameuse phrase choc, la catchline qui fait mouche. Vos contenus auront beau être travaillés pour être les plus efficaces, ils n’échappent pas aussi à une déclinaison sociale.

Celle-ci peut prendre une forme plus visuelle ou animée. Elle véhiculera d’autant mieux vos contenus si elle est accompagnée du média parfait. Une vidéo ? Un podcast ? Une infographie, une image choc. Ici le mieux n’est pas l’ennemi du bien.

À cette étape, pensez donc multimédia et multicanal.

Huitième étape : sachez partager vos contenus

Maintenant que vous êtes sûr d’avoir créé des contenus engageants, vous allez pouvoir les partager.

Mais, question : êtes vous sûr qu’ils sont engageants ? Qu’ils vont fonctionner, toucher leur cible ? Qu’ils vont générer de l’audience, être vus ? Lus ? Entendus ?

Le partage est le juge de paix.

social content club, le contenu est roi

Le partage n’est pas qu’un simple clic. C’est aussi définir un objectif, planifier ses publications, où, quand et comment.

Ici, tout votre travail rédactionnel effectué auparavant peut être remis en question. Pensez alors au post idéal.

Appuyez-vous sur l’A/B testing pour créer le meilleur post possible sur les réseaux sociaux, celui avec le bon texte qui fait réagir, dans le ton adéquate, celui avec l’image ou la vidéo qui est potentiellement virale, en tout cas, que l’on a envie de partager. et que l’on est FIER de partager.

Le partage sur les réseaux sociaux, c’est d’abord du partage de soi-même vers des gens qui forment notre communauté, donc qui nous sont chers.

En résumé, les 8 clés de votre content marketing ;

  1. sachez définir votre cible
  2. sachez définir votre objectif
  3. sachez définir votre stratégie
  4. sachez hiérarchiser et planifier vos contenus
  5. sachez créer des contenus efficaces
  6. sachez créer des contenus engageants
  7. sachez créer le contenu adéquate
  8. sachez partager vos contenus
Fermer le menu