L’agroalimentaire sous le poids des réseaux sociaux ?

L’agroalimentaire sous le poids des réseaux sociaux ?

Le monde de l’industrie alimentaire est souvent la cible des réseaux sociaux. Entre promesse et preuve, on trouve beaucoup d’effets de manches. Cela n’échappe pas au regard acéré des internautes et des réseaux sociaux. Le community management est en première ligne, tout comme les rédacteurs web.

Quel est votre niveau de RSE

À l’initiative d’Oxfam, le site Behind The Brand  nous fait découvrir le niveau de RSE (Responsabilité Sociale et Environnementale) de chaque entreprise de ce secteur tant décrié en termes d’éthiques et de développement durable.

Un voyage dans les arcanes de ce secteur nous permet d’évaluer les progrès qu’il reste encore à faire pour la plupart.

Là ou l’initiative d’Oxfam interpelle, c’est lorsqu’elle compte sur le poids du partage et des réseaux sociaux pour faire entendre aux marques, l’urgence qu’elles ont à améliorer leur politique RSE : le choix final est en effet celui du consommateur.

Oxfam entend bien en faire des consommacteurs pour faire changer le monde.

L’importance du community management

“Don’t say anything online that you wouldn’t want plastered on a billboard with your face on it.” Erin Bury.

Lorsque je travaillais en agence de communication RH, j’ai souvent été confronté à la promesse que de nombreux clients nous donnaient. Je faisais alors référence à une célbre citation policitienne de Chirac : Les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

Tout le travail repose sur ce point clé.

C’est de preuve que l’on devrait parler et non de promesse.

C’est certes le cas dans l’industrie alimentaire, mais dans tout autre domaine où le marché se confronte au jugement de ses consommateurs.

C’est aujourd’hui sur les épaules du social media et par conséquent du community management et de la rédaction web que repose le poids de faire avancer les choses.

A condition qu’ils soient soutenus et qu’ils deviennent de véritables leader.

Laisser un commentaire

Fermer le menu